C’est quoi la positivité toxique ? Pensez à la dernière fois où vous avez expérimenté une déception sentimentale ou un choc. Ca peut être la perte d’un travail, une maladie ou un diagnostique pour vous ou un membre de votre famille, un accident, une rupture et des mauvaises nouvelles qui changent une vie.

Rappelez-vous la frustration, la douleur, la tristesse, l’anxiété, la peur ou l’angoisse que vous avez ressentie. Vous vous rappelez cet ami ou membre familial qui a essayé de vous remonté le moral avec de la positivité et de l’espoir ?

Cette personne a pu vous dire “Tout arrive pour une raison” ou “Ca va passer“, ou “Ce qui ne te tue pas te rend plus fort“. Elle peut également avoir dit “Tout va bien aller” ou “Tu vas y arriver” ou encore “Ne t’inquiète pas, tu rencontreras quelqu’un d’autre“.

Comment vous vous êtes senti ? Quelle a été votre réaction ? Son optimisme et sa positivité vous a fait sentir mieux ? Ca vous a fait sentir aimé et compris ? Ou vous êtes-vous plutôt senti boulversé, affaibli et non écouté ?

C’est ce qu’on appelle de la positivité toxique.

Qu’est-ce que la positivité toxique ?

La positivité toxique peut être définie comme suit : La sur-généralisation d’un état heureux et optimiste qui résulte en déni, minimisation et invalidation de l’expérience humaine émotionnelle essentielle.

Quelques exemples de positivité toxique

Voici quelques exemples de positivité toxiques :

Je suis fervente supportrice de la psychologie positive. Nous savons tous qu’il y a énormément de bienfaits à la positivité et à l’optimisme. Mais il y a des moments où ces caractéristiques non seulement n’aident pas, mais en plus peuvent être destructeurs et faire du mal.

La positivité n’est pas positive lorsqu’elle nie, invalide ou minimise les émotions humaines authentiques.

L’optimisme n’aide pas lorsqu’il fait sentir les gens honteux, coupables et invalide pour avoir ressenti des choses d’une certaine manière.

L’espoir n’est pas utile lorsqu’il ne permet pas la montée et la chute des émotions naturelles. Ou lorsqu’il ignore la gravité de la situation.

Le stoïcisme n’est pas courageux lorsqu’il vous force à étouffer vos vraies émotions. Lorsqu’il vous force à ne pas être authentique et incongru avec ce que vous sentez réellement.

La perspective ne soutient pas lorsqu’elle marginalise votre expérience.

A lire aussi : Pourquoi une attitude de gratitude est essentielle et comment la développer

La positivité toxique dans la pandémie

Avec la pandémie, les gens se sentent effrayés, confus, craintifs, accablés, tristes et en colère. Résultat, beaucoup de gens essaient de remettre une perspective en disant : “Au moins tu as un toit sur la tête, de quoi manger, des gens que tu aimes”. Et mon préféré : “Ca pourrait être pire”.

Oui, ça pourrait être pire mais pour autant, la situation est toujours aussi mauvaise pour ceux qui la subisse de plein fouet. Les gens essaient de redonner de l’espoir à la situation en nous rappelant que Shakespeare a écrit King Lear et Sir Isaac Newton a développé sa théorie de la gravité en quarantaine.

Super. Tant mieux pour eux. Mais est-ce qu’ils avaient (comme beaucoup de gens), des enfants à qui ils ont essayé de faire l’école à la maison, tout en travaillant à plein temps et avec un partenaire qui a perdu son job ? Je ne suis pas certaine.

On balaie souvent les problèmes des autres en disant “C’est vrai que c’est compliqué ces temps-ci”. Alors oui, c’est un peu au centre du monde ces temps-ci. Et je ne minimise en aucun cas les autres problèmes qui se passent actuellement en même temps ! Mais ces problème quels qu’ils soient, restent réels pour ceux qui les expérimentent. Et dire “C’est vrai que c’est compliqué ces temps-ci” peut faire sentir les gens encore pire, honteux ou coupables.

A lire aussi : Vous vous sentez vidé ? 3 étapes simples pour relancer votre énergie

Je suis coupable

Je l’admets. Je suis de nature très positive. J’ai tendance à toujours voir le bon côté des choses. Vous pouvez le demander à n’importe qui me connaissant personnellement. J’ai un fourgon rempli d’histoires positives, de métaphores. Et oui, je peux avoir tendance à sortir beaucoup de citations dans les situations négatives. Ca ne veut pas du tout dire que je n’ai pas eu ma part de difficultés, de chagrin et de perte. Je connais. Mais j’essaie toujours de voir les avantages

J’ai cependant appris au fur et à mesure de ma vie et ma carrière que même si certaines personnes aiment cet espoir et cet optimisme que j’apporte dans la plupart des situations, il y a un temps et une place pour la positivité.

Les alternatives à la positivité toxique

Reconnaître et valider les sentiments et émotions des autres

Souvent, ce que les gens veulent c’est la reconnaissance et la validation de leurs sentiments. On a tous envie de nous sentir entendus et vus. On ne veut pas que quelqu’un nous dise comment nous sentir ou “Ce n’est pas si mal”.

A lire aussi : 31 manières de libérer votre esprit immédiatement

Tout d’abord, il faut reconnaître les siens

Si vous n’affrontez pas vos propres émotions, elles vont sans cesse pour revenir en pleine face comme un boomerang.

Ce que l’esprit cache, le corps le révèle.

Lorsque vous essayez de cacher, minimiser ou ignorer vos émotions et sentiments, ils ne s’en vont pas comme ça. Ils restent au plus profond de vous. Ils vous rongent. Et ça peut créer des ulcères, des douleurs dorsales ou des maladies. Cette “soudaine” crise cardiaque, cette hypertension artérielle “inexpliquée“, ou l’anxiété “déconcertante” peuvent ne pas être si inexpliqués que ça finalement.

Vous devez prendre connaissance et sentir vos émotions. C’est ok de ne pas être ok. D’être en colère, fatigué, effrayé ou frustré. Lorsque vous ressentez vos émotions, ça procure une liberté et empêche ces sentiments de vous ronger.

En fait, il y a de nombreux avantages au fait de ressentir des émotions négatives. Dans une étude sur l’acceptation émotionnelle, on a trouvé que les gens qui acceptent généralement les émotions négatives finalement en expérimentent moins. Ce qui crée un meilleur équilibre psychologique.

Ca ne signifie pas que vous devez plonger dans les émotions négatives. Une fois que vous en avez pris connaissance et que vous les avez acceptées, elles peuvent se montrer au grand jour et puis passer tout simplement. Ressentez vos émotions mais ne les laisser pas vous définir. Au lieu de dire “Je suis triste” dites plutôt “Je me sens triste“. Vous n’êtes pas obligé d’être coincé dans un état défini.

A lire aussi : Pourquoi je me sens déprimé de temps en temps sans raison ?

L’empathie et la compassion sont presque toujours la bonne réponse

L’empathie c’est la capacité de comprendre et partager les sentiments d’une autre personne ou d’être capable de se mettre à sa place. Un simple “Ca doit être vraiment difficile” ou “Je suis désolé que tu traverses ça” va beaucoup plus loin qu’un optimisme trop prononcé.

Il en va de même pour la compassion. La compassion (qui trouve sa racine de passion – souffrance – et com -avec) signifie souffrir avec quelqu’un d’autre. La compassion est une partie innée de la réponse humaine à la souffrance. Ca consiste en une expérience en trois partie : remarquer la douleur d’un autre, ressentir avec l’autre et y répondre d’une certaine manière. La clé ici ce n’est pas de remarquer la douleur. Mais de la partager et y répondre de manière à ce que ça fonctionne selon le besoin et la situation.

La vulnérabilité crée une relation

Lorsque les gens vous voient en entier (quand vous êtes positif mais également quand ça ne va pas), ils apprennent à vous connaître. Ils se sentent plus proches de vous, plus connectés et acceptés. J’ai appris que je devais être plus ouverte sur mes batailles et mes challenges.

En plus, lorsque les autres font face à des choses qui sont stressantes, bouleversantes, ou même carrément douloureuses, je devais être plus sensible, réfléchie et ne pas sortir en permanence mes solutions pour que ça se répare. Que ce soit avec des bonnes paroles ou des citations positives. En tout cas, ce n’était pas la bonne manière.

A lire aussi : 15 habitudes simples pour booster la santé émotionnelle

Le timing, c’est la clé

Que les choses soient claires. Je ne dis pas que vous ne pouvez pas être positif, partager votre expériences, vos espoirs et votre optimisme avec les autres. Cet optimisme est peut-être ce dont la personne en face a besoin. Mais rappelez-vous qu’il y a un moment et un endroit pour tout.

Lorsque votre meilleur ami vous dit que son partenaire l’a quitté(e) de manière inattendue, lui dire “Tu trouveras quelqu’un de mieux” ou “Je ne l’ai jamais aimé de toute façon” ne va pas aider. Au lieu de ça, mieux vaut demander comment il va, asseyez-vous et parlez avec. Et amenez-lui de la glace. La glace fait toujours des miracles.

Autorisez-le à ressentir ses émotions. Ensuite, lorsque ses blessures commenceront à cicatriser, faites-lui savoir à quel point il est incroyable, qu’il trouvera quelqu’un et ensuite offrez votre inspiration, optimisme et positivité.

Les gens vont souvent regarder la situation plus tard avec du recul et seront capables de voir le côté positif, la leçon retenue et réaliser que tout arrive pour une raison. Mais il est difficile de voir l’arc-en-ciel lorsque vous êtes au beau milieu d’un orage.

Cherchez après la prochaine meilleure émotion

Dans la plupart des secteurs spirituels, les gens se réfèrent à une échelle de fréquence émotionnelle. Ca va de la honte en bas de l’échelle à la lumière tout en haut. Beaucoup d’enseignants spirituels parle du fait de cibler la prochaine meilleure émotion sur cette échelle.

Positivité toxique : pourquoi la positivité est mauvaise parfois

Si vous ressentez de la peur, c’est très difficile de passer de cette fréquence directement à la joie parce que quelqu’un vous a apporté de la perspective et de la positivité. Au lieu de ça, vous pouvez travailler par contre sur le fait de grimper l’échelle. Si vous pouvez passer de la peur au courage, alors vous allez également pouvoir passer à l’acceptation et éventuellement à l’amour, la joie et la paix.

Donc, lorsque vous soutenez quelqu’un (ou vous-même), ne vous attendez pas à passer de déprimé à heureux en un claquement de doigts. Ca aide de faire un pas à la fois sur l’échelle émotionnelle. Tant que vous faites des progrès, vous êtes sur la bonne voie.

A lire aussi : Comment contrôler l’anxiété et calmer ses pensées ?

Ecoutez tout simplement

Souvent, on force l’optimisme parce qu’on ne sait pas quoi dire dans une situation précise. Quelqu’un que nous aimons est blessé et on veut qu’il ou qu’elle se sente mieux.

Souvent, nous ne sommes pas à l’aise avec les émotions négatives. Vous l’aurez peut-être deviné : c’est typiquement moi. Et du coup vous voulez les effacer ces émotions négatives. Rappelez-vous qu’écouter EST une action. Ecoutez pour comprendre ce qu’il se passe. Gardez un peu d’espace pour la personne pour qu’elle s’ouvre librement à vous sans peur de jugement, critique ou honte.

Lorsque vous prenez le temps d’écouter, vous pouvez réellement écouter comment quelqu’un se sent par rapport à une situation. Et lorsqu’on comprend vraiment comment la personne se sent, on sera mieux préparé pour répondre lorsque le temps et l’endroit seront venus.

Suivez leur exemple

Lorsque quelqu’un partage quelque chose qui se passe dans leur vie, suivez son exemple. Si la personne montre de la frustration et de la déception, autorisez-la à suivre ce chemin. S’ils commencent à suivre le chemin de l’optimisme et de l’espoir, alors suivez cette voie également.

A lire aussi : La magie d’écrire son humeur tous les jours

Soyez juste présent plutôt que de choisir la positivité toxique

Souvent, on répond avec de la positivité qui n’aide pas ou de l’optimisme parce qu’on ne sait pas quoi faire d’autre.

L’espoir est réel, et la douleur également. Lorsque quelqu’un est blessé, il n’a souvent pas besoin ou ne veut pas quoi que ce soit de vous. Il veut juste savoir que vous êtes là pour lui, qu’il soit heureux ou pas. Dans le bon comme le mauvais.

Soyez gentil. Ayez de la compassion. Validez leurs sentiments. Laissez-le savoir que vous êtes présent.

Que de vraies ondes

Il est temps de remplace votre dicton “Good Vibes Only” (que des bonnes ondes) par “Real Vibes Only” (que de vraies ondes).

Finalement, ce n’est le sujet d’être positif ou négatif, optimiste ou pessimiste, ou quoi que ce soit entre. Il s’agit d’être vrai et authentique.

Je serai toujours une lueur d’espoir, quelqu’un qui voit toujours le bon dans toutes les personnes. Voilà qui je suis. Je suis fière d’être optimiste et positive. Je crois que tout arrive pour une raison et que tout ira bien au final. Si ça ne va pas, c’est que ce n’est pas la fin.

Cependant, j’ai appris qu’il y a un temps et un endroit pour tout. Et ça inclut la reconnaissance, la validation et la compassion pour que nous puissions guérir et avancer. Parce que la positivité toxique n’est pas si positive que ça finalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.