Je vous en ai déjà parlé à de nombreuses reprises, mais les clichés ont la vie dure. Non, il ne faut pas nécessairement être souple pour faire du yoga. C’est plutôt quelque chose qui vient avec la pratique. Mais il y a des irréductibles (comme moi) qui malgré la pratique, malgré les efforts, peinent à se plier comme un roseau. Et aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de cette différence.

Aidez-moi à améliorer le blog

Le cours de yoga

Quand on regarde sur Instagram, ou quand on regarde les professeurs de yoga, on se demande s’ils sont nés avec la même ossature que nous. Je suis persuadée qu’il y a un complot et qu’on nous fait croire qu’ils sont souples, mais en fait, ils n’ont tout simplement aucune colonne vertébrale. Trop facile !

Au moment de la pose de la roue pendant le cours de yoga, je me demande : dois-je faire ma blasée ultra confiante de sa pratique qui se contente de faire la posture l’enfant (en boule sur le sol) ? Mais non. Mon égo me parle et me dit que malgré les années de pratiques, chaque jour j’ai quelque chose à apprendre de plus et à tirer de l’enseignement. Et même si je suis moins loin dans la souplesse que ma voisine, je le fais pour moi. Mes épaules se demandent ce que je suis en train de faire et ce qu’elles ont fait pour mériter ça et mon psoas a envie de se faire la malle. C’est ce moment que choisit le professeur pour nous dire, plié en deux, de respirer calmement, de laisser aller nos émotions et d’ouvrir mon coeur. Bordel, mais mon coeur est bien ouvert, il est déchiré en deux, tiré à quatre épingles !

Les autres

Voilà à quoi ressemblait ma première année de pratique yoga. Au fond de la salle de yoga, et principalement chez moi à vrai dire, à l’abri de tous regards et de tous jugements. Là où mon égo pouvait se reposer tranquillement. Il m’a fallu plus de deux ans pour réaliser qu’il y a deux types de personnes sur Terre. Certaines personnes sont capables de se plier dans tous les sens, d’autres non. J’ai rencontré pas mal de yogis me dire : “Je ne suis pas souple naturellement, au début, je pouvais à peine toucher mes orteils. Et après six mois, j’arrivais enfin à faire la pince. Six mois ? Ca fait quatre ans moi ! Ces gens font partie de la première catégorie et ne le savent même pas ! 

Les gens pas souples

Mais non, les gens pas souples, nous devons faire un break. Ce n’est pas que nous ne sommes pas assez dévoué dans notre pratique, ou que nous ne pratiquons pas assez. Nous avons un corps différent, c’est tout. La souplesse n’ajoute aucune valeur réelle à votre pratique de yoga. La bonne nouvelle, c’est que grâce à une pratique quotidienne et dévouée, nous pouvons améliorer notre souplesse petit à petit. La souplesse chez les gens pas souples, c’est un voyage complet. Mais la transformation, physique ou mentale, ne se fait jamais au grand jamais dans la zone de confort.

A lire aussi : LES PLUS GRANDS MYTHES DU YOGA

Le fait de ne pas être souple, peut parfois être embarrassant, parfois ça m’ennuie car je suis bloquée. Mais ça me motive d’autant plus à continuer et je pousse d’autres gens pas souples à s’y mettre. Car même si je suis loin de me plier en deux, lorsque je regarde en arrière, je suis fière de voir le chemin parcouru. En au-delà de la souplesse, le travail mental que m’a apporté le yoga depuis ces années, est tout simplement incroyable.

La vie secrète des gens pas souples
Metanoiada
Partager l'article :
  •  
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  

2 thoughts to “La vie secrète des gens pas souples

  • Akina-Yoko

    Mon prof de yoga dit toujours :” le yoga c’est pour les gens qui ne sont pas souples” 😉

    Répondre
    • Sophie

      On devrait bien s’entendre dans ce cas !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les 5 minutes les plus utiles de ta journée

Passe ton test de personnalité et reçois ton guide personnalisé !