Ikigai : la recette japonaise du bonheur

Table des matières

Vous en avez peut-être déjà entendu parler (ou pas), l’IKIGAI est ce nouveau mouvement bien-être qui est en train d’éclore. Le concept est loin d’être nouveau, mais vous allez le voir un peu partout. Ikigai est un mot japonais qui signifie joie de vivre, raison d’être. Dans le concept, chaque être humain est venu sur Terre pour accomplir une mission. Il doit donc découvrir qui il est et quel est le but profond de sa vie. Combien d’entre vous voient leurs passions comme des « à côté » de leur quotidien ? Et si ça devenait votre métier ? Que vous puissiez faire ce qui vous passionne à chaque seconde ?

Le problème de notre société

Tout d’abord, comme je vous le disais dans l’introduction, peu d’entre nous (et oui, je m’inclus dedans) vivent de leur passion. On voit nos passions comme des activités « pas assez sérieuses » ou « pas assez rentables ». Ensuite, depuis notre naissance, on nous rabâche qu’on n’est pas assez bons, trop jeunes, pas assez expérimentés ou courageux. Du coup, beaucoup d’entre nous ne se lancent pas, n’osent pas et se résignent. Alors trouver son Ikigai, c’est ouvrir les yeux sur ce que l’on peut faire ou non. Mais également trouver ce que l’on aime au point de ne pas compter ses heures. J’en suis au début de ma pratique personnellement, et l’Ikigai semble être un voyage passionnant. Finalement, je vous propose d’en partager les clés et puis de se retrouver un peu plus tard pour en discuter !

Ikigai : la recette japonaise du bonheur

Les quatre questions

Tout d’abord, prenez une feuille de papier, un stylo et prenez le temps de réfléchir et de coucher sur le papier les réponses de ces quatre questions :

  • Ce pour quoi vous êtes doué(e) : Qu’est-ce que vous réussissez naturellement, sans effort ? Quels sont vos « super pouvoirs », dons, compétences, savoirs-faire ?
  • Ce que vous aimez : Qu’est-ce qui vous stimule, vous fait sentir vivant(e) ? Quelles sont vos passions ? Quelles sont vos activités favorites ?
  • Votre contribution au monde : Quelles sont les actions qui vous permettraient d’apporter votre aide aux autres ou de contribuer à un monde meilleur ?
  • Ce pour quoi vous pouvez être payé(e) : Quel service (ou autre) pouvez-vous proposer qui apporte une valeur réelle, répond à un besoin et pour lequel une entreprise ou des clients seraient prêts à payer ?

Finalement, vous pouvez rapidement vous rendre compte que l’Ikigai sera le mélange des réponses à ces quatre questions, comme sur le graphique.

Votre trésor

Il y a forcément quelque chose que vous aimez, pour lequel vous êtes doué, que le monde a besoin et pour lequel vous pouvez être payé.

Tout d’abord, l’Ikigai peut paraître simple. Mais il va falloir beaucoup de patience et d’introspection pour répondre à toutes ces questions. N’hésitez pas à demander conseil à votre entourage qui peut vous apporter des réponses extérieures.

Et si vous cherchez à aller plus loin, voici des livres qui devraient vous intéresser :

Vous connaissiez l’Ikigai ? L’avez-vous déjà trouvé ? Partagez-moi toutes vos impressions !

49 réponses

  1. J’ai déjà vu cette image sur Pinterest ! Avec ton article je comprend mieux tout ce qui s’articule autour… Ça peut être intéressant de travailler dessus pour progresser vers notre ikigai !
    J’espère que tu en parleras encore dans d’autres articles !

    1. Je pense que le mal être est assez centré dans les grandes villes comme Tokyo. Après, je dois t’avouer que ce constat ne repose sur rien du tout à vrai dire !

  2. IKIGAI offre une bonne réflexion sur le sujet. Je ne sais pas si c’est typique de notre société européenne mais effectivement, on aurait tendance à penser qu’une passion ne peut être un métier. Je ne pense pas me tromper en imaginant qu’il en soit ainsi au Japon et pourtant leur concept qu’il réfléchisse sur la question montre . On est tout de même hyper formaté par la société…

    1. Je suis totalement d’accord avec toi et je trouve sincèrement que c’est bien dommage. Finalement, il ne tient qu’à nous de sortir de nos rails et de faire notre propre chemin 🙂

    1. Pour l’instant je lis « Mon programme Ikigai » qui est un programme de 12 semaines pour le trouver, fait par Caroline de Surany (conférencière TedX donc pas de la gnognotte comme femme !). J’ai découvert le concept par ma petite soeur qui a fait ce fameux programme et qui a vrai dire est en train de chambouler sa vie justement à la suite de cette découverte 🙂

  3. Je ne connaissais absolument pas ce concept mais j’aime beau m coup, très positif qui nous recentre sur nous et nos besoins j’adore

  4. Merci pour ce nouveau mouvement que je ne connaissais pas mais qui a l’air fort interessant. Il va falloir d’un peu de temps pour y répondre, voir ce qui en découle et les actions à mener

  5. Je ne connaissais pas l’Ikigai. Je ne vis pas de ma passion mais la lecture et le blog me permettent de la partager donc, je ne pense pas être dans l’Ikigai mais je m’y en approche. Et toi, l’as-tu trouvé l’Ikigai selon toi ? Selon tes proches ?

    1. Je suis toujours en phase de recherche ! Mais en tout cas je trouve super que tu sois déjà proche de l’ikigai 🙂 Plus qu’à en faire le métier et c’est bon !

  6. Coucou, merci pour ton article.
    Je me passionne depuis peu pour le Japon, dans la culture et le reste. Et je ne connaissais pas du tout.

    1. Je suis heureuse d’avoir pu te faire découvrir ce mouvement de développement personnel japonais dans ce cas 🙂 En espérant que ça t’aide à voir peut-e être autrement les choses !

  7. J’aime tellement ces principes… Pour moi le bonheur réside dans le fait d’être capable de savoir que l’on est heureux !! Et ça, c’est déjà une grosse étape !

  8. Coucou,

    J’en ai récemment entendu parlé sur quelques blogs, mais je ne connais pas et j’avoue que je m’y perds dans toutes ces mouvements bien-être ! J’aime bien tout ce qui touche au développement personnel, mais je suis trop impatiente pour lire un livre sur le sujet jusqu’au bout par exemple !

    Je ne connaissais pas forcément les tenants et les aboutissants de ce mouvement, maintenant, je le sais !

    Belle soirée,
    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

  9. Bonjour! Je ne connaissais pas mais le concept est fort intéressant. Une de mes grandes passions est le voyage (comme plusieurs je pense) mais une des choses qui me donnent le plus d’émotion durant le voyage ce sont les aéroports et l’avion… je sais c’est étrange mais J’ADORE les aéroports et les avions. Je m’étais informée pour devenir agente de bord et ainsi combiner travail et passion justement. Mais je me suis rendue compte que la vie d’adulte est souvent mal faite… et que notre travail même si on adore ce qu’on fait a toujours ses irritants… et je ne voulais pas que mon moment de pur bonheur et d’émerveillement que je vis à chaque fois que je voyage se transforme en banalité de la vie quotidienne… J’ai donc opté pour un métier que j’aime (mais avouons le qui ne me passionne pas pour autant) mais qui me donne la liberté de voyager quand je le veux, et non quand je le dois! Avais-tu lu des informations sur cet aspect? Bisou XXX Jessika

    1. Je pense, mais après ce n’est que mon avis, que si tu as peur de toucher la routine avec ta passion, c’est peut-être que le métier auquel tu as pensé n’est pas vraiment celui qu’il te faut, même s’il s’en rapproche. Les gens qui ont réussi l’ikigai sont certes fatigués parfois, mais ne s’ennuient jamais de ce qu’ils font, et ça c’est une certitude 🙂 Pose toi la question suivante : si je te donne sans condition 1 million d’euros, comment tu réagis ? Est-ce que tu continues ce que tu fais (ou ton rêve en imaginant que tu fasses déjà le métier de tes rêves) ? Ou non ? Si la réponse est non, c’est que tu n’as pas encore trouver LE job 🙂 Mais continue de chercher ! Après, tu peux très bien créer le job de tes rêves, pas besoin de coller tes rêves sur les rails de la société 🙂

  10. Je ne connaissais pas du tout ce concept. Je te remercie pour ton article qui permet d’éclaircir cette notion qui me paraît très intéressante. Je t’avoue qu’à l’heure actuelle, j’ai beaucoup de difficultés à répondre aux différentes questions.

  11. C’est assez étrange, je ne connaissais pas du tout ce nom ni ce principe et pourtant, je suis actuellement en train de réfléchir à quitter mon boulot, je prends mon temps de réfléchir correctement et mon démarches de réflexion se rapprochent assez fort des 4 questions dont tu parles!

    1. Dans ce cas l’ikigai arrive à point nommé pour toi 🙂 Et comme on dit, il n’y a jamais vraiment de hasard. Je ne te souhaite qu’une chose, c’est de quitter ton boulot, parce que finalement, la seule chose qu’on regrette vraiment, ce n’est pas le mauvais choix mais de ne pas avoir osé 🙂

  12. Hello! 🙂
    Je ne connaissais pas du tout l’ikigai, mais comme tu dis ça a l’air passionnant, et ton article me donne bien envie de m’y mettre !

    Bisous!
    Adèle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.