Et si vous pouvez découvrir certains outils et méthodes qui peuvent améliorer vos relations ? Et si en acquérant un peu de connaissances vous pouviez mieux comprendre la dynamique de vos relations et leur donner un coup de pouce? En apprenant ce qu’est l’attachement sûr et comment restructurer vos pensées, vous pouvez devenir plus conscient de la dynamique de vos relations. Après être devenu plus conscient, vous pouvez alors prendre quelques mesures pour les rendre meilleures. C’est quelque chose dont beaucoup d’entre nous pourraient bénéficier. Lorsque nous entendons le terme attachement sûr, on pense généralement à une relation. Et c’est exactement de ça qu’il s’agit.

Dans cet article, on va parler du concept de l’attachement sûr plus en détail et comment restructurer vos pensées pour vous aider à avoir de meilleures relations. Les relations sont une part très importante de nos vies et tout ce qu’on peut faire pour les améliorer est une bonne chose pour toutes les personnes impliquées.

Qu’est-ce que la théorie de l’attachement ?

On va faire une explication rapide de ce qu’est la théorie de l’attachement. Ca va vous donner une bonne fondation pour le reste de cet article.

Le psychologue John Bowlby a inventé le terme de théorie de l’attachement à la fin des années 60. Bowlby a beaucoup étudié le conditionnement de la petite enfance et ce qu’il a trouvé était très intéressant.

Ses recherches ont montré que lorsqu’un enfant à un attachement fort à la personne qui s’occupe de lui, ça donne à l’enfant un sentiment de sécurité et de fondement. D’un autre côté, lorsqu’il n’y a pas cet attachement sûr, l’enfant dépensera beaucoup plus d’énergie à la recherche de sécurité et de stabilité.

Un enfant sans attachement sûr à tendance à devenir plus craintif, timide et lent à explorer de nouvelles situations ou son environnement.

Lorsqu’un attachement fort est développé auprès d’un enfant, il ou elle va être plus enclin à être plus aventureux et chercher de nouvelles expériences. Tout simplement parce qu’il ou elle se sent plus en sécurité. Ils savent que peu importe la personne qui s’occupe d’eux sera là pour s’occuper d’eux si nécessaire.

La collègue de Bowlby, Mary Ainsworth, a poussé la théorie plus loin. Elle a fait des études approfondies sur les séparations parent-enfant et a fourni un cadre plus formel pour les différents styles d’attachement.

Comment l’attachement se développe

De manière simple, l’attachement est un lien émotionnel avec une autre personne. L’attachement ne doit pas aller dans les deux sens, il peut s’agir d’une personne qui se sent attachée à une autre sans que cela ne soit réciproque. La plupart du temps, cela fonctionne entre deux personnes à un degré ou à un autre.

L’attachement commence très jeune. Au cours de l’histoire, lorsque les enfants ont pu maintenir une proximité plus étroite avec une personne qui apportait des soins, un fort attachement s’est formé.

La pensée initiale était que la capacité de fournir de la nourriture à un enfant était le principal moteur d’un fort attachement. On a ensuite découvert que les principaux moteurs de l’attachement se sont révélés être la réactivité des parents/tuteurs envers l’enfant ainsi que la capacité de nourrir cet enfant de diverses manières. Des choses telles que le soutien, les soins, la subsistance et la protection sont toutes des composantes de l’éducation d’un enfant.

Essentiellement, un enfant forme un fort attachement lorsqu’il sent que la personne qui lui apporte des soins est accessible et attentive. Et qu’il est là s’il en a besoin, que le parent/tuteur sera là pour eux. Si l’enfant ne sent pas que la personne est là pour l’aider en cas de besoin, il éprouve de l’anxiété.

Différents types d’attachement

Chez les enfants, 4 types d’attachement ont été identifiés :

A lire aussi : Vous vous sentez vidé ? 3 étapes simples pour relancer votre énergie

Ce que les attachements signifient pour les adultes

Alors du coup la question c’est : Comment tout ça nous affecte en temps qu’adultes ? De manière intuitive, c’est assez logique que si enfant nous avions quelqu’un de présent qui s’occupait de nous, nous nous sentons en sécurité. Et de l’autre côté du spectre, si nous étions un peu livré à nous-même, on a tendance à être quelqu’un de plus anxieux et craintif.

En tant qu’adultes, nous avons tendance à nous retrouver dans l’un des trois principaux types d’attachement en fonction de nos expériences d’enfance. Ceux-ci sont sûrs, évitants et anxieux. Techniquement, il y en a un quatrième, qui évite l’anxiété, mais il est un peu moins courant.

L’attachement sûr

Lorsque vous avez un attachement sûr, vous êtes à l’aise avec le fait de manifester de l’intérêt et de l’affection envers une autre personne. Mais vous pouvez également être seul et indépendant. Les types sûrs sont moins enclins à être obsédés par une relation qui tourne au vinaigre et à gérer leur rejet plus facilement. Les types sûrs ont également tendance à être meilleurs que les autres types, car ils ne nouent pas de relations avec des personnes qui pourraient ne pas être les meilleurs partenaires. Ils interrompent la relation plus rapidement lorsqu’ils voient des choses chez un partenaire potentiel qu’ils n’aiment pas. Les personnes attachées sûres constituent la majorité des types d’attachement.

L’attachement anxieux

Les gens qui ont un style d’attachement anxieux ont généralement besoin de beaucoup de réconfort de la part de leurs partenaires. Ils ont beaucoup plus de mal à être seuls et célibataires que les autres styles et tombent plus souvent dans de mauvaises relations. Le style anxieux représente environ 20% de la population. Il a été démontré que si les styles d’attachement anxieux apprennent à mieux communiquer leurs besoins et apprennent à ce jour des partenaires sécurisés, ils peuvent évoluer vers le style d’attachement sûr.

L’attachement évitant

Le style d’attachement évitant représente environ 25% de la population adulte. Les évitants ont souvent le plus de difficultés dans une relation parce qu’ils ont du mal à trouver satisfaction. En général, ils sont mal à l’aise avec les relations étroites et l’intimité et sont assez indépendants. C’est le seul des attachement de type loup solitaire.

L’attachement anxieux-évitant

Le style anxieux-évitant est relativement rare. Il est composé de styles conflictuels. Ils veulent être proches mais en même temps, repousser les gens. Ils font des choses qui repoussent les personnes dont ils sont les plus proches. Il peut y avoir un risque plus élevé de dépression ou d’autres problèmes de santé mentale.

A lire aussi : 7 étapes à suivre lorsque vous vous sentez coincé dans la vie

Allez vers une attachement sécurisé

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de passer d’un style à l’autre. Et plus particulièrement, il est possible de s’orienter vers un style d’attachement sûr. Comme vous pouvez l’imaginer, ce n’est par contre pas un processus simple ou rapide. Comme tout type de grand changement où vous essayez de modifier un état d’esprit aussi profondément enraciné, il faut une forte volonté pour y parvenir.

La première étape est de développer la conscience de votre type d’attachement. La seconde était est d’avoir l’envie et la motivation de changer ce type d’attachement pour aller vers un style plus sûr. Si quelqu’un avec un style d’attachement anxieux ou évitant a une longue relation avec une personne de type sûr, la personne anxieuse ou évitante va doucement aller vers un style plus sûr.

L’opposé est également vrai. Ces personnes pourraient amener la personne à l’attachement sûr vers leur style anxieux ou évitant. C’est pour ça qu’il est important de réaliser son type d’attachement. Et si vous souhaitez aller vers un style d’attachement sûr, il va falloir de la détermination. La thérapie est également une option. Les types anxieux ont besoin de travailler sur leur amour-propre et les évitants sur leur connexion et leur compassion.

Comment restructurer ses pensées

Pour le style évitant

Comme pour tout type de changement à un niveau aussi profond, la première étape est la prise de conscience. Rendez-vous compte que vous avez un style évitant et soyez conscient de lui lors des interactions avec vos partenaires.

Essayez de travailler avec un soutien mutuel et sur base du donner/prendre. Essayez de réduire votre besoin d’autonomie totale. Permettez à votre partenaire de faire certaines choses qui vous mettent un peu mal à l’aise et que vous feriez normalement vous-même.

Ne vous concentrez pas tout le temps sur les imperfections de votre partenaire. Nous en avons tous. Rappelez-vous de ça. Faites une liste des qualités de votre partenaire et pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Cherchez un partenaire avec un attachement sûr si c’est possible. Vous vous sentirez bien avec cette personne.

Si vous avez tendance à arrêter la relation avant qu’elle aille plus loin, soyez conscient de ça. Et laissez-la se développer. Prenez l’habitude d’accepter et même d’inciter au toucher physique. Dites-vous que c’est bon pour vous d’avoir une certaine intimité. L’intimité peut vous aider à vous sentir en sécurité. Et au fur et à mesure du temps, vous pouvez réaliser que c’est ok de se reposer sur les autres.

Pour le style anxieux

Pour le style d’attachement anxieux, la première chose à faire c’est d’apprendre à communiquer mieux ses besoins. C’est un gros problèmes pour les styles d’attachement anxieux.

D’abord et avant tout, si vous communiquez vos besoins plus clairement, vous aurez moins d’anxiété, c’est déjà une grande victoire. Cela vous permettra également de mieux évaluer si un partenaire potentiel vous convient.

Essayez de faire ressortir davantage vos sentiments et, surtout, partagez-les avec votre partenaire. N’oubliez pas que les personnes avec un attachement sûr communiquent généralement assez bien, c’est ce vers quoi vous allez travailler.

A lire aussi : Vieillir est facile, grandir est douloureux

Pour le style anxieux-évitant

L’évitement anxieux représente un très petit pourcentage des styles d’attachement. Étant donné que ce type a tendance à être anxieux dans la relation ET plus ou moins solitaire, la clé ici est de travailler dur pour être très conscient de vos actions.

Vous pouvez utiliser les conseils des personnes à attachement anxieux et des personnes à attachement évitant pour restructurer vos pensées.

Lorsque vous avez le sentiment de repousser quelqu’un, demandez-vous pourquoi. Si vous avez peur que votre partenaire vous quitte, à nouveau demandez-vous d’où ça vient. Vous a-t-il montré une raison de croise ça ? La plupart du temps, il n’y a pas vraiment de preuve. Dans ce cas, autorisez-vous à vous calmer et ne plus être obsédé à ce propos.

Pour le style sûr

Comme l’objectif est de s’orienter vers un style d’attachement sûr, il n’y a pas grand-chose à faire ici comme vous pouvez l’imaginer.

Quelque chose dont il faut être conscient est d’être dans une relation juste parce que ça va “bien”. Ne restez pas si ce n’est pas un bon endroit pour vous et votre partenaire. Si votre partenaire est d’un style d’attachement anxieux ou évitant, restez attentif à ne pas commencer à développer les caractéristiques de ces styles.

Viser un attachement sûr

Vous avez probablement à ce point une bonne idée des avantages d’un attachement sûr. Si vous ne disposez pas actuellement d’un style d’attachement sûr, voici quelques avantages de restructurer vos pensées vers ce style :

Si vous êtes du style anxieux ou évitant ou la combinaison des deux, il est possible de passer à un attachement sûr.

Il faut de la conscience de soi, de la patience et un fort désir de se rapprocher de l’attachement sûr, mais c’est possible. Vous constaterez qu’en y mettant l’effort, vous obtiendrez des relations plus ouvertes, honnêtes et satisfaisantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.