Je me souviens de ma première nuit blanche à l’université. J’avais acheté des Red Bull et j’ai relu mes notes de cours. Malheureusement, ça m’a rendue juste incroyablement fatiguée et pourtant, d’une manière ou d’une autre, terriblement mal préparée pour mon examen final. Je ne le savais pas à l’époque, mais les méthodes d’apprentissage sont plus importantes que le temps passé à apprendre. La qualité vaut plus que la quantité. Et apprendre rapidement et bien ne s’improvise pas.

Lire et relire mes notes de cours n’était pas une bonne stratégie pour apprendre rapidement la matière de l’examen. Alors, quelles sont les meilleures méthodes d’apprentissage ? Comment travailler plus intelligemment, apprendre rapidement et plus efficacement ?

Recherches sur les méthodes d’apprentissage

Heureusement pour nous, il y a des recherches qui nous orientent dans la bonne direction. John Dunlosky, Katherine A. Rawson, Elizabeth J. Marsh, Mitchell J. Nathan, Daniel T. Willingham ont publié leurs conclusions sur l’efficacité de dix méthodes d’apprentissage dans leur article « Improving Students’ Learning with Effective Learning Techniques: Promising Directions From Cognitive et la psychologie de l’éducation. »

L’étude décompose l’efficacité de 10 techniques d’apprentissage différentes en fonction de la personne qui apprend, du matériel requis et de la spécificité de la tâche d’apprentissage. En bref, les chercheurs créent une image compl!te des techniques d’apprentissage les plus efficaces quand, pourquoi et qui.

Les résultats des recherches antérieures sont un autre facteur important dans le classement de chacune des dix méthodes d’apprentissage d’une utilité faible à élevée. S’il n’y avait aucune recherche indiquant qu’une méthode d’apprentissage était efficace, les chercheurs la classent comme ayant une faible utilité.

Jetons un coup d’oeil à ce que cette analyse complète des méthodes d’apprentissage a trouvé. Qu’aurais-je dû faire au lieu de lire et relire mes notes toute la nuit ?

Des méthodes d’apprentissage très utiles

Nous allons commencer par les méthodes d’apprentissage les plus efficaces et les plus utiles. Seules deux des dix méthodes d’apprentissage se sont avérées très utiles.

#1 – Pratiquer les tests pour apprendre rapidement

Les tests pratiques sont des tests à faible enjeu ou sans enjeux effectués par un instructeur pour vérifier la maîtrise. Les tests de pratique dans ce sens ne sont pas des évaluations sommatives à enjeux élevés comme les examens finaux ou les tests d’Etat. C’est une évaluation formative pour voir ce que les élèves savent et ne savent pas.

Les tests pratiques jouent un rôle essentiel dans l’enseignement, car c’est un moyen rapide pour les enseignants de déterminer qui sait quoi. L’autre avantage des tests pratiques est qu’ils montrent à l’étudiant ce qu’il sait et ce qu’il ne sait pas. Cela rend l’ajustement du plan d’apprentissage simple et efficace, de sorte que l’étudiant peut passer plus de temps à étudier ce qu’il ne sait pas au lieu de s’attarder sur ce qu’il sait déjà.

Dans l’étude, les participants se souvenaient des informations à 80% lors des tests pratiques, contre 36% lors de simple contrôle. C’est une amélioration significative de l’efficacité et c’est ce qui place les tests pratiques au sommet des méthodes d’apprentissage.

Il y a deux raisons pour lesquelles les tests pratiques semblent être une technique d’apprentissage particulièrement efficace : l’effet direct et l’effet médiatisé. L’effet direct signifie que le fait de passer un test ou un quiz modifie la façon dont le cerveau prête attention et stocke les informations. La plupart des gens essaient beaucoup plus fort de récupérer des informations pendant un test, même un test formatif conçu pour vérifier la compréhension.

Les médiateurs sont ce qui relie les signaux et les cibles. Dans le cas d’un test de pratique, le signal peut être la question du test de pratique et cibler la réponse. Les tests pratiques semblent améliorer ces médiateurs en aidant le cerveau à mieux organiser les informations. Donc, si tu ne dois choisir qu’une seule méthode d’apprentissage, essaies les tests pratiques. Tu peux dissimuler le corrigé et l’essayer en solo ou tu peux demander à un ami de t’interroger sur le matériel, afin que tu saches ce que tu fais et ce que tu ne sais pas. De cette façon, tu peux te concentrer sur ce que tu ne sais pas pendant que tu continues à t’entraîner, testes ton chemin vers une véritable maîtrise de la matière.

A lire aussi : Que sont les compétences d’adaptabilité et comment améliorer les vôtres

#2 – Pratique distribuée

La façon dont tu planifies tes sessions d’étude est importante. Dans l’étude, certaines personnes ont participé à six sessions d’étude consécutives. D’autres avaient un jour entre chaque session, et le dernier groupe avait un mois entre chaque session. Le groupe qui a suivi les six sessions a retenu plus d’informations plus tôt (après les sessions deux et trois). Cependant, les groupes qui ont pris un certain temps ont finalement retenu plus d’informations (après la sixième session).

Donc si tu veux vraiment apprendre quelque chose et le stocker dans la mémoire à long terme, accordes-toi du temps pour digérer les informations entre chaque session d’étude. Une autre étude a montré que les participants se souvenaient de 47% des informations avec l’étude espacée contre 37% avec l’étude de masse (cramming).

Planifies tes sessions d’étude en conséquence. Accordes-toi au moins 24 heures entre les sessions d’étude. Ton rappel immédiat peut en souffrir. Mais saches que tu finiras par te souvenir beaucoup plus que si tu adoptes une approche unique.

Méthodes d’apprentissage moyennement utiles

Le prochain groupe de techniques d’apprentissage tombe dans la catégorie moyennement utile. Certains parce que peu de recherches ont été faites. D’autres parce que la recherche a montré que ces méthodes d’apprentissage ne sont pas aussi efficaces ou aussi largement applicables que les tests pratiques ou la pratique distribuée.

#3 – Interrogatoire élaboratif pour apprendre rapidement

Quand on a un enfant en bas âge chez soi, on n’est pas étranger à la question « Pourquoi ?« . Il s’avère que c’est aussi la première de nos méthodes d’apprentissage modérément utiles : l’interrogation élaborée. La clé de l’interrogation élaborative est « d’inciter les apprenants à générer une explication pour un fait explicitement énoncé« .

En d’autres mots, les amener à répondre « pourquoi ?« .

Dans l’étude, les participants ont été séparés en trois groupes. Les premiers ont appris les faits directement. Les seconds lisaient une explication pour chaque fait, et les troisièmes étaient le groupe interrogatoire élaboratif. Ils ont été invités à expliquer pourquoi chaque fait était ainsi. Le groupe d’interrogatoire élaboratif était précis à 72%, tandis que les deux autres groupes étaient précis à 37%. Ce qui signifie que le groupe d’interrogatoire détaillé a surpassé les autres.

L’interrogatoire élaborative semble efficace car elle active les schémas des personnes. Ce qui signifie simplement qu’elle aide les personnes à situer les nouvelles informations dans ce qu’elles connaissent déjà. Cela pourrait être la raison pour laquelle l’interrogation élaborée est plus efficace pour les personnes qui en savent plus sur un sujet. Elles peuvent mieux expliquer pourquoi quelque chose est ainsi et ajouter de nouvelles informations à leur richesse de connaissance.

Donc, si tu sais déjà une chose ou deux sur le sujet en question, commences à demander pourquoi améliorer ton apprentissage.

#4 – Auto-explication

L’auto-explication, c’est quand l’apprenant est encouragé à expliquer le principe derrière quelque chose pendant qu’il apprend. L’idée est qu’expliquer comment quelque chose fonctionne les aide à transférer ce principe aux problèmes futurs.

Dans l’étude, les participants ont été divisés en trois groupes. Un groupe a reçu une brève explication des problèmes difficiles avant d’essayer de résoudre les questions pratiques. Un autre groupe a été invité à expliquer sa résolution de problèmes au fur et à mesure qu’il répondait aux questions, et le dernier groupe a répondu à toutes les questions, puis a expliqué son travail après coup. Les deux groupes qui ont été invités à expliquer leur travail ont surpassé le groupe qui ne l’a pas fait lorsqu’on leur a demandé de passer un test de transfert qui exigeait la connaissance d’un principe similaire.

Le problème avec l’auto-explication est que ce n’est pas toujours une technique pertinente. Son utilité dépend de ce que tu essaies d’apprendre. Cependant, lorsqu’il est logique d’expliquer ton travail, la recherche montre qu’il t’aide à transférer ces compétences à de futurs problèmes connexes.

A lire aussi : 10 leçons critiques à apprendre quand tu te sens comme un échec

#5 – Pratique entrelacée

La pratique entrelacée consiste à boucler une ancienne compétence dans une nouvelle leçon. Par exemple, si tu apprends à trouver le volume d’un triangle, tu peux incorporer une question de la leçon précédente sur le volume des carrés. Il incorpore du matériel plus ancien dans le nouveau matériel. Cela crée un effet cumulatif sur l’apprentissage et t’aide à trouver des liens entre les différentes leçons.

Dans l’étude, la pratique entrelacée n’a pas aidé les gens à mieux performer que la pratique bloquée (lorsque les leçons sont séparées les unes des autres). Cependant, lorsque les étudiants ont été invités à passer un test de critère une semaine plus tard qui leur demandait de résoudre des problèmes nouveaux mais connexes, les apprenants entrelacés ont obtenu 43% de meilleurs résultats que les apprenants en bloc.

Semblable à l’auto-explication, l’apprentissage entrelacé n’a pas toujours de sens. Encore une fois, ça dépend de ce que tu essaies d’apprendre. Mais si tu peux incorporer du matériel plus ancien dans de nouvelles leçons, l’apprentissage entrelacé peut t’aider à mieux comprendre les complexités et les liens entre les idées. Ca peut t’aider à mieux résoudre les problèmes à l’avenir et à transférer ce que tu apprends dans d’autres domaines.

Méthodes d’apprentissage à faible utilité

Les chercheurs ont également classé cinq méthodes d’apprentissage comme ayant une faible efficacité. Malheureusement, ce sont souvent les moyens par lesquels les gens essaient d’apprendre de nouveaux matériaux.

#6 – Résumer

Résumer, extraire les points principaux, n’est efficace que si tes résumés sont précis et saillants. Certaines études montrent que résumer les informations aide les étudiants à retenir les informations, mais ce n’est pas idéal pour appliquer ou transférer ces informations.

#7 – Surligner

Mettre une information en surbrillance ne t’aide pas à apprendre rapidement. La recherche montre que la mise en évidence, bien que facile à faire, ne t’aide pas à apprendre le matériel.

#8 – Mots-clé mnémotechniques pour apprendre rapidement

Les mnémoniques sont lorsque tu crées une sorte de raccourci (comme des appréciations ou un anonyme) pour te souvenir d’un ensemble d’idées. Le plus célèbre est peut-être « Mais où est donc Or Ni Car » pour se souvenir des conjonctions de coordinations en français.

Le problème avec les mnémoniques, c’est qu’ils ne sont pas efficaces. Il faut beaucoup de temps et d’énergie pour les créer et les mémoriser. Ils sont aussi particuliers. Tu ne peux apprendre certaines choses qu’avec des mnémoniques.

Mais le plus troublant est que certaines recherchent montrent que la mémorisation par coeur est parfois meilleure pour l’apprentissage du matériel à long terme. Par conséquent, tu ne devrais pas trop te fier aux mnémoniques.

#9 – Utiliser des images pour apprendre rapidement des textes

L’utilisation d’image pour apprendre du texte est lorsque tu imagines ou visualises ou encore dessines mentalement des images pendant que tu lis. La bonne nouvelle est que se représenter mentalement pendant que tu lis aide à la compréhension à court terme (pas le dessin). La mauvaise nouvelle est que c’est une excellente technique de lecture qui n’aide pas dans de nombreux autres contextes d’apprentissage.

A lire aussi : Comment surmonter le blocage créatif

#10 – Relecture

Enfin, il y a la relecture. La technique d’étude à laquelle j’ai eu recours beaucoup trop souvent pendant mes études. C’est la technique d’étude la plus courante. Malheureusement, c’est aussi l’une des moins efficaces.

La rétention et l’apprentissage s’améliorent considérablement après une relecture. Mais ensuite, il y a un plateau. Lire quelque chose plus de deux fois n’a pas beaucoup d’impact sur le niveau de compréhension. Donc, par tous les moyens, relis une ou deux fois, mais passe ensuite un peu de temps avec les méthodes d’apprentissage modérées et efficaces.

Apprendre rapidement

Parfois, les choses sont vraiment trop belles pour être vraies. La relecture et la mise en évidence sont extrêmement faciles. Mais elles ne partagent tout simplement pas les avantages de l’étude avec les méthodes d’apprentissage modérées et utiles.

Si tu as besoin d’apprendre quelque chose et d’être capable d’intégrer cette nouvelle connaissance dans ton schéma et de l’appliquer dans d’autres contextes, tu devrais faire mieux que relire. Essaies de t’interroger et d’espacer tes sessions d’étude pour une meilleure rétention. Demandes pourquoi, expliques tes réponses et insères du matériel ancien dans le nouveau pour t’aider à mieux comprendre.

Apprendre de ses erreurs. Utilises des méthodes d’apprentissage modérément et très utiles et évites d’avoir à passer une nuit blanche remplie de café et de relecture inutile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.