10 leçons critiques à apprendre quand tu te sens comme un échec

Table des matières

10 leçons critiques à apprendre quand tu te sens comme un échec

Ils écrivent des chansons, des livres, des citations inspirantes et des films à ce sujet. Mais ils parlent toujours d’échec au passé. Comme si c’était en quelque sorte acceptable de discuter de ça une fois qu’on a réussi et qu’on est de retour. Flash info : l’échec, ça craint. Lorsque tu as l’impression d’avoir échoué dans la vie, il peut être difficile d’identifier les messages romantiques, poétiques ou significatifs qu’on nous envoie. Principalement parce que nous sommes trop en colère ou le cœur brisé pour les rechercher. Se sentir comme un échec dans la vie est énergivore et ça prend de nombreuses formes. La seule garantie dans la vie est qu’on va, en fait, échouer. Et à plusieurs reprises. Et lorsque les échecs s’aggravent, on peut avoir l’impression que la terre s’effondre sous nos pieds.

Voici à quoi l’échec peut ressembler et ce qu’il peut nous faire ressentir.

L’échec peut ressembler à :

  • Se faire virer
  • Faire faillite ou éprouver des difficultés financières
  • Ne pas avoir une promotion
  • Se faire ghoster
  • Rater un régime
  • Passer par un divorce, parfois plus d’une fois
  • Ne rien faire alors que tu voulais agir
  • Ne pas atteindre un objectif majeur ou simplement ta liste de tâches quotidiennes
  • Tout faire correctement et toujours rater là où ça compte
  • Quelque chose que tu as mis du temps à faire et qui était totalement faux (syndrome IKEA, ça te parle ?)

L’échec peut te faire ressentir :

  • De la déception
  • De la désillusion
  • Du vide
  • De la déflation (beaucoup de mots en “d”, je sais)

D’un autre côté, l’échec peut aussi te faire ressentir :

  • De la croissance
  • Du changement
  • Du progrès

Alors, quelles sont exactement les leçons qui se produisent entre les deux et qui nous aident à transcender les profondeurs du désespoir pour être enhardis par la sagesse ? Il s’avère qu’ils sont là si nous sommes prêts à les voir.

Voici 10 leçons essentielles à apprendre lorsque tu a l’impression que vous tu as échoué dans la vie.

Il y a du mérite à essayer

Si tu as échoué, la vérité sous-jacente est que tu dois avoir essayé d’être dans cette position. La peur de l’échec est si profonde que beaucoup de gens choisissent de ne pas essayer juste pour éviter la possibilité d’échouer.

Dans une enquête menée par Linkagoal, la peur de l’échec affligeait 31 % des 1 083 répondants adultes. Un pourcentage plus élevé que ceux qui craignaient les araignées (30 %), être seuls à la maison (9 %) ou même le paranormal (15 %).

Si tu te sens comme un échec, cela signifie que tu as trouvé le courage de faire quelque chose de dur. Rappelles-toi que le même courage n’a pas disparu simplement parce qu’il n’a pas fonctionné comme tu l’avais espéré. Célèbre ta volonté d’essayer. Et note que c’est le même esprit qui t’alimentera à mesure que tu avances et essayez à nouveau ou essayes quelque chose de nouveau.

Tu te sens comme un échec si tu ne lui donnes pas trop de pouvoir

Si nous accordons trop de crédit à nos échecs, nous les mémorisons comme des prédicteurs de futurs échecs inévitables. C’est comme si en échouant à quelque chose dans la vie, tu ne pouvais plus jamais réussir dans ce domaine. Nous catastrophons notre échec, élargissons sa portée et transformons un seul instant dans le temps en une prophétie auto-réalisatrice que nous sommes destinés à rejouer.

Mais nous n’avons pas à le faire. Lorsque nous reconnaissons notre échec pour ce qu’il est exactement – ni plus, ni moins – nous lui permettons de nous humilier. Nous le prenons en compte et nommons ce qui s’est passé, racontons son impact et le gardons comme ça. Nous le voyons comme des données et reconnaissons que cela a peu à voir avec notre échec ou notre réussite à l’avenir.

La gymnastique mentale de “Et si” est inutile : réutilise le temps

Ce qui est fait est fait. Revivre notre moment d’échec ne sert à personne. “Aurais”, “aurait pu” et “aurait dû” se précipitent dans nos esprits alors que nous examinons toutes les façons dont les choses auraient pu se passer différemment. Mais la vérité est que le temps que nous passons à ressasser inutilement pourrait être mieux utilisé pour s’approprier à 100% les parties que nous contrôlions et qui ont conduit à l’échec.

C’est notre chance de passer du temps à réfléchir et d’identifier les facteurs clés avec la plus grande honnêteté. Beaucoup d’entre nous cherchent l’opportunité de se tirer d’affaire lorsque l’échec fait trop mal. Plutôt que d’admettre la chose que nous aurions pu changer, nous cherchons des sources externes à blâmer ou déformons la mémoire avec des excuses.

Tous les échecs ne sont pas entièrement sous notre contrôle. Mais il y a souvent des éléments pour lesquels nous pouvons être responsables, apprendre et mieux nous montrer à l’avenir. Il vaut mieux que tu te concentres uniquement sur les aspects qui sont sous ton contrôle. Se sentir en contrôle est un antidote littéral aux sentiments d’impuissance et de démoralisation qui te motivera à réessayer. Mais aussi minimisera tes chances d’un autre échec et augmentera tes chances de succès. »

👉 A lire aussi : 9 conseils de confiance en soi pour reprendre confiance

La responsabilité ne peut pas être partagée

Devenir martyr n’est pas le but. Et blâmer ne ser tà rien. Cependant, la responsabilité est importante. Nous voulons reconnaître les erreurs que nous reconnaissons par le biais de l’auto-réflexion et exprimer une responsabilité à 100 % dans les conversations avec les parties externes qui ont été affectées par nos échecs.

La responsabilité peut être partagée. Et l’autre partie peut avoir un rôle à jouer. Mais pour donner un sens à nos échecs, nous devons saisir cette opportunité pour affirmer notre impact quelle que soit notre intention. Le but est d’éliminer les excuses, de nommer ce qui s’est passé et d’énoncer ce qui vient ensuite, même s’il n’y a personne d’autre impliqué.

Par exemple, lorsque tu as l’impression d’avoir échoué dans la vie lorsque tu as été ignoré pour une promotion dans ta carrière, ça peut ne pas nécessiter une conversation avec ton patron. Mais tu peux réfléchir s’il y a une responsabilité à prendre dans les moments où tu aurais pu avoir été plus intentionnel dans ton travail. Et fixe-toi un objectif dans la façon dont tu pourrais te concentrer davantage au prochain trimestre. Et t’efforcer de te défendre plus publiquement.

Inversement, si l’échec est une rupture et que l’auto-réflexion fait apparaître des façons dont tu aurais pu être plus communicatif ou transparent pendant la relation, tu peux t’efforcer de l’admettre à la partie affectée et de noter que c’est quelque chose que tu prévois de travailler avant de poursuivre ta prochaine relation.

Le processus d’élimination s’applique lorsque tu te sens comme un échec

Penses à la dernière fois que tu as fait face à une question à choix multiples lors d’un examen. Tu as dû utiliser la logique pour déterminer les choix jusqu’aux possibilités les plus probables. Et en l’absence de certitude, tu as probablement fait une supposition. Celle qui te semblait la plus probable ou en tout cas la moins improbable.

La vie nous offre des opportunités similaires tout le temps. Et nous pouvons voir l’échec comme nous aidant à nous éloigner de plus en plus de la “bonne réponse”. Lorsque nous pouvons traiter nos échecs de manière productive, extraire les informations qu’ils fournissent et procéder avec un aperçu, nous nous rapprochons des résultats que nous espérons trouver.

👉 A lire aussi : Comment exprimer ses sentiments de manière saine

Découvrir de quoi on est fait

L’échec n’est pas pour les âmes sensibles. Quand tu échoues, je veux dire vraiment échouer dans la vie, ça fait très mal. Il n’est pas facile de surmonter les difficultés qui accompagnent l’échec dans la vie. Pourtant, il y a quelque chose que nous nous prouvons lorsque nous choisissons de revenir et de tenter une autre chance.

Faire confiance après avoir eu le cœur brisé, postuler à une promotion après avoir été ignoré auparavant, demander à la prochaine personne un rendez-vous après avoir été fantôme. L’image de “remonter à cheval” nous prouve que nous sommes plus résistants que ce qu’on pense. Nous avons déjà essayé et échoué, nous pouvons donc essayer et échouer à nouveau.

Quand nous apprenons à rebondir, nous apprenons exactement ce dont nous sommes capables.

L’expérience de sortir de ta zone de confort n’est pas agréable, mais la confiance, le sentiment de soulagement (ce qu’on appelle le transfert d’excitation) sont très intenses. Ce sentiment de maîtrise, “Wow, regardez ce que je viens de faire“, est une expérience d’apprentissage. La peur en elle-même n’est pas agréable, mais les gens ne s’en souviennent jamais. Ce dont ils se souviennent, c’est ce sommet positif.

Lorsque nous nous efforçons de surmonter l’échec dans le sens d’essayer à nouveau, nous pouvons maîtriser l’art d’échouer.

Les enfants qui apprennent à marcher tombent par terre des centaines de fois. Mais ils ne décident pas seulement de ramper pour la vie. Ils restent debout. Lorsque nous puisons dans ce même confort enfantin avec l’échec, nous pouvons aborder la vie avec plus de légèreté et repousser tous les discours intérieurs négatifs que nous apprenons au fur et à mesure que nous grandissons. “Si j’échoue, les gens me jugeront, si j’essaie et que tout le monde me voit échouer, je perdrai leur respect“. On s’en fout ? Vivre la vie est difficile.

Tout est dans le cadrage quand on se sent comme un échec

Tu dois décider comment tu veux penser et parler de tes échecs pour l’avenir. Ce que tu choisis de mentionner en dit long sur ce que l’échec signifiait pour toi. Si tu t’attardes et parles de tous les résidus douloureux de l’échec, tu perpétues les plus grands problèmes de la vie.

Comme Yoda l’a dit, “la peur mène à la colère, la colère mène à la haine et la haine mène à la souffrance“. Lorsque tu parles d’apprentissage, tu perpétues la croissance que le monde a envie de voir.

👉 A lire aussi : Comment vous aider lorsque vous avez la tête en vrac

Partager, c’est s’occuper

Réutilise ton apprentissage et évite les ennuis à quelqu’un d’autre. J’ai toujours remis en question le dicton selon lequel chaque génération doit apprendre par elle-même que le fer est chaud. Ca peut faire gagner du temps à certains d’éviter certaines erreurs.

Certes, l’échec nous trouve tous, et il y a des leçons que nous devons apprendre nous-mêmes. Mais ça ne fait jamais de mal de partager ton histoire. Sois ouvert, transparent et audacieux dans la manière dont tu offres tes idées au monde. Que ce soit dans le cadre d’une relation de mentorat, de partage public sur ton blog ou d’extraits que tu partages. Ne sous-estime jamais l’impact que tu peux avoir en partageant tes expériences qui sont venues de tes échecs. Les gens apprécieront ton humilité et auront l’impression qu’eux aussi ont la permission d’échouer.

C’est bon de laisser tomber

Si tu es notoirement dur avec toi-même, tu peux te sentir obligé de t’accrocher à l’échec. Mais une fois que la réflexion, la responsabilité et l’apprentissage ont eu lieu, l’échec a atteint son objectif. Lâche prise et libère de l’espace pour faire tes prochaines étapes. En plus, il te reste encore beaucoup d’échecs en toi !

Se sentir comme un échec

La vie n’est vraiment qu’une grande chance de devenir vraiment bon à l’échec. Il y a tellement d’occasions de tout gâcher lorsque tu as l’impression d’avoir échoué dans la vie.

Considère chaque jour comme une nouvelle chance. Une nouvelle journée pour apprendre à apprendre des erreurs et appliquer cet apprentissage au prochain grand risque. Il est normal d’échouer dans la vie, car ça ne signifie pas que tu échoueras pour la vie. Personne n’a jamais réussi sans avoir d’abord échoué d’une manière ou d’une autre.

Que tu aies échoué à plein régime ou que tu aies tenté d’éviter les faux pas, que ce soit aujourd’hui le premier de nombreux jours où tu échoueras en étant pleinement convaincu qu’il y a un but dans tout ce que tu fais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.